dimanche , mai 26 2024

Le coût de la vie affecte tout le monde, notamment les aînés,
mais nous pouvons agir !

Depuis la pandémie, l’inflation porte un dur coup à notre capacité de mettre de la nourriture sur la table et affecte encore plus durement les personnes de 65 ans et plus qui comptent souvent sur leur chèque de pension pour subvenir à leurs besoins.

C’est là où le bât blesse.
En 2022, le gouvernement fédéral a exclu les 65 à 74 ans de la hausse des pensions de vieillesse, créant deux catégories d’aînés. Pour les personnes visées, les répercussions de cette mesure discriminatoire se font d’autant plus gravement sentir au fur et à mesure que les prix augmentent.

Ça n’a tout simplement pas de sens et c’est contraire aux valeurs des Québécois que de laisser les personnes aînées dans la misère.

Depuis l’adoption de la mesure discriminant les personnes admissibles à la pension de vieillesse, les groupes et associations de personnes aînées multiplient les démarches pour que le gouvernement fasse machine arrière et rétablisse l’équité en appliquant la hausse de 10% de façon uniforme, sans discrimination sur l’âge. C’est exactement ce que vise le projet de loi C-319 de la députée Andréanne Larouche du Bloc Québécois.

Le 18 octobre prochain est une date importante puisque c’est à ce moment que les députés de tous les partis devront voter sur le projet de loi de madame Larouche et pourraient ainsi permettre que la situation s’améliore pour tous les aînés de 65 ans et plus.

Il est essentiel que nos représentants à Ottawa entendent ce message et prennent acte de la volonté des citoyens de traiter toutes les personnes aînées avec respect en faisant en sorte qu’elles puissent vivre dans la dignité.

Pour y parvenir, écrivez dès maintenant à votre député en leur envoyant le message ci-dessous :

Vous pouvez faire un Copier/Coller du texte


« Comme vous le savez, le coût de la vie ne cesse d’augmenter depuis la pandémie et les aînés en sont gravement affectés.

En excluant les 65-74 ans de la hausse de la pension de vieillesse en 2022, le gouvernement fédéral a contribué à exacerber les difficultés financières de bon nombre d’aînés. Depuis, leur situation n’a fait que s’aggraver.

Cette situation intolérable a été maintes fois dénoncée par les groupes et associations de personnes aînées. Tous sont d’accord pour admettre qu’il est intolérable de laisser les aînés sans appui: ceux qui ont bâti la société d’aujourd’hui ne doivent pas être contraints de se priver de nourriture ou de logement faute d’un revenu de pension moindre, fruit d’une erreur de jugement d’Ottawa. Collectivement, nous devons agir et, en tant que député de notre circonscription, vous avez ce pouvoir.

Le projet de loi C-319 du Bloc Québécois vise à assurer un traitement juste et équitable en rehaussant de 10% la pleine pension de vieillesse pour tous les aînés de 65 ans à 74 ans, ce qui mettrait un terme à la discrimination basée sur l’âge.

En tant que membre de votre circonscription et sachant votre grande préoccupation face aux répercussions de la crise actuelle sur les conditions de vie de vos citoyens les plus vulnérables, je vous demande d’appuyer ce projet de loi.

Vous poserez ainsi un geste concret pour sortir les aînés de la pauvreté et leur permettre d’avoir accès à des conditions de vie dignes.

Le 18 octobre prochain, en tant que citoyen de votre circonscription, cher député, je compte sur vous pour appuyer les aînés.

Ottawa doit réparer son erreur, car ce sont les aînés qui en paient le prix.

Ne laissons pas passer cette occasion. »


Partager!